Auvent Porte des Lilas

 

Programme : Auvent pour une sortie de Métro
Statut : livré en 2010
Lieu : Paris (75020)
Maîtrise d’œuvre : Matthieu Gelin & David Lafon, architectes; Agence Territoires, paysagistes mandataires de l’aménagement urbain; Intégral 4, BET structure; ATPI, BET VRD; Light cible, éclairagistes
Maître d’ouvrage : Ville de Paris, SEMAVIP
Surface : 250 m² SHOB
Coût des travaux : 497.420 € HT

 

Comme un pliage blanc annonciateur du renouveau du quartier, cet auvent aérien s’élève sur le parvis du cinéma et donne un fond de scène à ce nouvel espace public parisien.

 

Sa forme dynamique est un signal fort pour l’orientation des voyageurs, par sa dimension exceptionnelle et la finesse de son pliage il couvre avec délicatesse l’espace nécessaire à deux emplacements de bus (pour les lignes 48 et 96). C’est un élément majeur de la nouvelle place du Maquis du Vercors qui, par sa position latérale, coté Paris, permet de donner une limite à ce parvis et de renforcer la continuité Nord-Sud du projet d’aménagement. C’est aussi un élément éminemment urbain qui participe au fonctionnement global de cet espace public : accueil des voyageurs à la descente des bus,  lieu de rencontre à proximité du cinéma et du cirque.

L’auvent est une construction pure. Son expression est liée aux éléments de structure qui le composent et qui sont nécessaires à sa stabilité. Tenant sa force de sa mono-matière, cet origami sortant du sol est à la fois mur et couverture. L’implantation libre des poteaux n’entrave pas la fluidité piétonne nécessaire au bon fonctionnement d’un tel lieu, mieux : c’est une incitation à la déambulation. Lus comme des entités autonomes, indépendantes de la couverture, leur traitement accentue la perception du porte-à-faux. L’ensemble de l’auvent est traité avec un matériau et une finition unique, il est réalisé en structure acier et plaques de ciment enduit de coloris blanc. Son accroche au sol, très légère. L’auvent apparaît ainsi plus comme une voile délicatement posée à la croisée des flux du parvis que comme un bâtiment construit immobile, et répond par son dynamisme et sa fluidité aux contraintes d’aménagement et d’habitabilité d’un lieu de mobilités contemporain.

Crédit photos : Filip Dujardin