Conservatoire de Dugny

 

maître d’ouvrage Communauté d’agglomération de l’aéroport du Bourget
statut AVP
projet Conservatoire de Musique et de Danse
adresse Dugny (93)
budget 2.5 M € HT
surfaces 1.205 m2 de plancher
équipe Gelin-Lafon, architectes | GMGB, structure | CFERM, fluides | VPEAS, économie | Via Sonora, acoustique
chef de projet Pierre Guignard

 

Rythme, harmonie, interprétation, partitions … autant de parallèles traditionnels entre musique et architecture. Pour ce projet de Conservatoire à Dugny, l’imbrication des deux univers produit un objet insolite. Ouvert sur un parvis dégagé, le bâtiment déploie ses façades de cuivre modulées entre ouvertures et panneaux opaques. Clavier ou trompette, à chacun sa lecture.

 

Équipement public de premier ordre, un conservatoire oscille entre culture et enseignement, s’adressant à tous dès le plus jeune âge. Lieu d’élévation et de découverte, il souligne également le rôle structurant de la culture dans l’espace public.

La musique adoucit les mœurs, elle élève l’âme. Ici, le parti choisi a précisément été celui de la hauteur : alors que le programme prévoyait un bâtiment à R+1, le projet s’élève à trois niveaux au-dessus du sol. La répartition des programmes part du rez-de-chaussée consacré à la danse et ouvert sur l’espace public  pour monter en gamme : pratiques solistes au premier, préalables à la pratique collective installée au second étage.

Au rez-de-chaussée, la surface libérée au sol est attribuée à un parvis généreux qui réorganise l’espace public alentour. Le parvis se poursuit dans la continuité de l’espace intérieur qu’il contribue à ouvrir. Sa position en centre ville lui permet d’irradier le quartier, de lui conférer de sa force et de sa prestance. Autour d’un volume expressif s’égrène dorénavant une série de placettes et un maillage de venelles joliment plantées.

Sur la façade du bâtiment se lit en filigrane ce qui s’exprime à l’intérieur : on y devine un piano, un rythme ondulatoire ou un instrument à vent. Entre simple expression de la fonction, référence explicite au rythme aléatoire et ressenti intuitif, la lecture est ouverte et le bâtiment laisse rêveur.

L’édifice exprime son identité d’équipement public. Sa modénature de façade, son revêtement doré, sa forme close et introvertie tranche avec le quotidien, renvoie à l’exceptionnel et au poétique.